Articles

Imprimer

Les tendances 2015 de l’e-achat

L’analytique et le collaboratif, tendances 2015 de l’e-achat. Plusieurs éditeurs d’e-achat ont profité de la période des vœux pour présenter leur vision du marché en 2015. Il en ressort deux tendances phares : une sophistication des outils de pilotage, en particulier pour l’analyse des dépenses, et un renforcement de la collaboration avec les fournisseurs et les fonctions périphériques.

tendance-2015L’année est à peine entamée que les grandes tendances de l’e-achat commencent à se dessiner.

Figurant déjà parmi les sujets phares de 2014, le décisionnel reste un axe d’évolution majeur. Sur la base des projets lancés l’an dernier et des innovations inscrites à son agenda, BravoSolution table ainsi sur un perfectionnement des outils analytiques de suivi de la performance, à travers d’indicateurs et de tableaux de bords plus élaborés. « Associés à l’analyse des dépenses, ces outils donnent en proactif et en prédictif tous les éléments consolidés pour prendre des décisions stratégiques », explique Claude Moins, directrice en charge du pôle Solutions de l’éditeur.


Le recours à des outils décisionnels plus sophistiqués est aussi une tendance observée par Daryush Mistry, vice-président chez Coupa, en charge du développement produits, également autour de l’analyse prédictive. Objectif : piloter les dépenses par anticipation, en s’appuyant sur des simulations et des prévisions, et plus seulement sur les événements passés. Au-delà des seules capacités de traitement, Zycus pointe d’autres évolutions dans ce domaine. « Les outils décisionnels s’orientent vers des interfaces web en « self-service », améliorant le confort et la simplicité d’utilisation, et intègrent progressivement les problématiques de qualité des données », détaille Richard Waugh, son vice-président en charge du développement.

Sachant que les flux et les volumes d’information vont se multiplier, l’apport des technologies big data sera d’ailleurs crucial.
Avec ces nouveaux outils décisionnels, le suivi de la performance fournisseurs devrait se renforcer. « Déjà, les entreprises les plus ambitieuses ne se contentent plus des indicateurs classiques, mais souhaitent aller plus loin, par exemple en mesurant l’impact de l’innovation fournisseurs sur les résultats », illustre Richard Waugh.

Partageant cet avis, Claude Moins s’attend à une optimisation plus globale de la gestion de la relation fournisseurs, à tous les niveaux : création du référentiel et optimisation de la base par « un processus d’évaluation robuste et partagée », gestion unique d’un dossier fournisseurs regroupant les éléments administratifs et de qualification, les appels d’offres en cours, les contrats signés, etc.
Parallèlement, les échanges collaboratifs avec les fournisseurs vont se développer, sur des portails ou des plates-formes dédiées, en s’approchant de flux en temps réel.

Mais la collaboration, et c’est l’autre grande tendance pour 2015, devrait surtout s’étendre à toutes les parties prenantes du processus purchase to pay. « Les entreprises vont adopter une approche holistique des achats, avec des solutions intégrées renforçant la dimension stratégique de la fonction », assure Daryush Mistry. Les éditeurs spécialisés vont être amenés à dépasser le périmètre des achats, pour couvrir certains processus périphériques, du côté de la finance par exemple. Sans oublier, enfin, de s’intéresser à la mobilité. « Alors que les applications mobiles se multiplient et que le travail nomade se démocratise, en particulier dans les organisations distribuées, les équipes achats sont de plus en plus concernées et demandeuses », conclut le vice-président de Coupa.